Apprivoiser la Solitude, savoir faire une Pause

APPRIVOISER LA SOLITUDE- FAIRE UNE PAUSE

Savez-vous faire des pauses bien avant que les circonstances vous l’imposent? Avez-vous peur du silence, de la solitude ? Connaissez-vous la solitude imposée?

Vue sur La Vézère- Vallée de la Dordogne

Beaucoup de personnes endossent plusieurs casquettes dans une journée. Le matin je me réveille, et je prépare ma journée. Avant de quitter mon lit, je suis épouse de mon conjoint. Je prépare le petit-déjeuner de la famille consciente que je suis Maman et Maîtresse de maison. Déjà dans la voiture,  j’ajuste ma casquette « employée » ou plutôt j’ajuste ma coiffure et  vérifie que mon rouge à lèvres n’a pas coloré mes dents !  c’est plutôt gênant, non !

Même au bureau, je ne peux pas oublier longtemps mon titre de mère …. Mon portable qui vibre me rappelle que j’ai la responsabilité de plusieurs personnes. D’ailleurs une fois ma journée termine, je visse entièrement ma casquette de mère – ou plutôt j’attache mon joli foulard coloré pour plus d’aisance. En chemin je ne manque pas de prendre rendez-vous pour un soin massage, car la semaine va être difficile. C’est la vie de beaucoup d’entre nous aujourd’hui…. Et vous, quand est-ce que vous vous accordez une pause ? Quand est-ce que vous prenez un RDV – toute fois discret mais surtout important – avec VOUS-MEME ?

Est-ce une pause subie, imposée par la vie et les circonstances (heureuses ou parfois malheureuses) ? Ou êtes-vous de ceux qui organisent leur temps de pause et que vous attendez avec impatience ? Ou peut-être êtes-vous de ceux qui fuient la SOLITUDE et qui n’aiment pas se retrouver dans le silence, l’inactivité (de ceux qui n’aiment pas se RETROUVER FACE à EUX-MEME) ?

Pourquoi est-ce si important de faire une Pause ?

Si le corps humain est une formidable machine il reste néanmoins fragile et délicat. Tant que le corps fonctionne, on avance et on peut toujours le solliciter, lui demander l’impossible. Et un proverbe dit « qui veut aller loin ménage sa monture ». Pourtant la société connaît bien le « burn-out ». C’est cette situation terrible qui nous rappelle que la tête (le cerveau, le psychisme) et le corps ont besoin d’être en harmonie, et sur la même ligne, sinon le disjoncteur saute.  Comment faire pour prévenir et anticiper cette escalade? Pour cela il me faut être attentif quand:

  • je me sens oppressé (e), submergé (e), pressé (e) de toute part (par les autres)
  • je suis moi-même embrouillé(e), confus(e)
  • je suis perdu (e) – et que je sens que je perds pied
  • mon corps émet des signaux d’alertes, de détresses inhabituelles : perte de mémoire, coup de blues, sautes d’humeur, insomnies récurrentes, sommeil peu réparateur avec l’impression de ne pas avoir dormi, douleurs corporelles chroniques, migraines soudaines ….
  • je m’irrite facilement (réaction disproportionnée par rapport à la situation)
  • il existe une certaine agitation intérieure (manque de paix, ou une incompréhension face à son l’environnement.

Si vous cumulez au moins 3 de ces symptômes, c’est qu’une pause s’impose….pour une introspection en vous-même pour évacuer ce qui vous pollue. Et avec toutes les sollicitations de part et d’autres, comment réussir à ralentir la cadence, à m’arrêter, puis à stopper ce brouhaha autour de moi et dans ma tête ?

Comment puis-je (mine de rien) faire une pause ?

La pause n’a pas besoin d’être longue pour être efficace, ou pour que vous ressentiez immédiatement les bienfaits. J’en profite pour remercier ma collègue Muriel, qui m’a apprise- par la sophrologie- à faire des micro-pauses bénéfiques pour moi. Je vous explique comment c’est possible :

  • Par des respirations profondes : au calme écouter votre rythme respiratoire…c’est comme une musique qui berce
  • Par la méditation (yoga, sophrologie, relaxation, musique de relaxation et autres activités de bien-être)
  • En pratiquant une activité sportive, de la marche
  • Au contact de la nature (pratiquer la sylvothérapie et tous ses dérivés)
  • En écoutant de la musique, en chantant (permet d’identifier et faire ressortir ses émotions prisonnières)
  • En écrivant ce qui nous touche, son ressenti
  • En lisant un bon livre qui nous transporte
  • En priant (pour ceux qui ont la foi)

Parfois une situation incongrue se présente à nous. Alors nous avons le choix : la saisir ou alors la rejeter et ronger son frein. Ce sont tous ces petits temps morts imprévus ou non, qui s’imposent à nous. C’est ce que j’appelle « la solitude imposée ».

C’est quoi un temps de solitude imposée ?

Je définis le temps de solitude comme une durée qui nous oblige, nous contraint à ne rien faire, ou nous oblige à une inactivité non voulue (à  un temps d’attente). Dans cet espace –temps, nous sommes confrontés à nous-même, seul avec nous-même !  C’est un temps d’arrêt et de pause inévitable pour continuer à avancer. Pour certains c’est insupportable, invivable d’être confronté seul à soi même. Je suis certaine que vous avez déjà vécu ça. Pas de souci aujourd’hui je vais vous apprendre à identifier ce temps et à le déjouer à votre avantage. Voici quelques exemples :

  • Dans les bouchons : plus tôt que de s’énerver, profitez pour écouter de la musique, vous remémorez ce qui vous a touché durant la journée, ect…
  • Dans la salle d’attente du médecin : lieu normalement silencieux-calme, c’est l’occasion de faire une petite introspection sur soi- son corps- son état mental
  • Dans la file d’attente d’une caisse : fredonner cet air qui vous passe par la tête ou faites quelques petits mouvements (discrets quand même) d’étirements du corps
  • Dans l’attente d’une réponse importante : re-questionnez vous- motivation réelle, objectif et but- pourquoi ce choix ? qu’est ce qui est réellement important, vital pour moi ?
  • Au réveil, quand la maisonnette est endormie, calme : profiter, apprécier le calme, la sérénité, le silence- (moi c’est un de mes moments préférés !)
  • A la gare, à l’arrêt de bus, dans les transports en commun : laissez-vous conduire, admirez l’environnement, lisez un livre, échappez-vous, c’est reposant pour l’esprit
  • Et parfois quand la maladie, les accidents nous immobilisent : c’est un temps inconfortable, nécessaire pour continuer, il amène son lot de questions et de changements profonds

 

faites une pause ensoleillée

Pourquoi la solitude/pause est un temps à optimiser ?

Cela ne parait pas comme ça, mais essayez de comptabiliser sur une journée ou une semaine tous les temps morts mis bout à bout, et vous vous rendrez compte de son importance. Ce temps négligé et perdu peut être utilisé pour appliquer un baume sur vos blessures intérieures  ! Et il peut être mis à votre profit pour aborder la vie différemment. En saisissant cette occasion et en  ayant pleine conscience de ce que vous faites, vous agissez en profondeur sur votre MOI Intérieur. Voici quelques techniques d’optimisation en pleine conscience:

  • Faire une lecture minutieuse de mon corps (quels sont les endroits douloureux, pourquoi, quel est mon histoire avec mon corps ?)
  • Vider son esprit des idées parasites, des pensées négatives et toxiques pour moi : c’est un reconditionnement de son esprit au repos
  • Je profite pour ralentir la cadence (en moi et autour de moi)
  • Je me recentre sur moi, sur mes besoins  et sur ce qui est essentiel pour mon bien-être
  • J’observe mon comportement face à mon environnement, mes réactions, mon feed-back (suis-je moi-même ? est-ce que je porte un masque ? et pourquoi ?)
  • Je prends du recul sur les situations/personnes envahissantes, toxiques, nuisibles
  • Je recharge mes batteries– renouvelle mes forces
  • J’apprends à dire « NON, STOP j’ai atteint mes limites » si c’est vital pour moi

Voilà vous êtes équipé (e) et armé (e) pour optimiser chaque temps morts dans votre journée pour votre bien-être. Enfin de compte ce n’est pas si difficile à appliquer : il faut juste Prendre conscience du moment présent et vouloir vraiment décrocher de ce qui vous parasite sournoisement. Je le remarque moi-même lorsque je suis sereine, détendue j’ai plus de résistances aux caprices des enfants, plus de patience face à leur colère. J’aborde aussi la vie et les problèmes avec plus de légèreté et moins de gravité. Moi je dis que:

 

Apprivoiser la solitude, c'est comme s'approcher et goûter à l'Eternité .... Cliquez pour tweeter

 

Et vous comment optimisez-vous vos temps morts ? Avez-vous d’autres astuces ou idées pour les mettre en pratique ? Mettez les dans les commentaires.

Et si vous connaissez des personnes très stressées par leur mode de vie, partagez l’article, vous allez les aider.


A lire aussi:

Pourquoi il est bon d’apprendre à s’aimer? 

Connaissez-vous la Silvothérapie?

L’arbre de Vie : pour les amoureux de poésie et littérature

Les  fleurs du Jardin d’Eau– Vallée de la Dordogne : pour ceux qui aiment la beauté des fleurs

Naxwelle

Une réflexion sur “ Apprivoiser la Solitude, savoir faire une Pause ”

  • 21 août 2018 à 14 h 25 min
    Permalink

    J’adore !!!
    Tous tes écrits résument en quelques lignes des années de pratique pour être en lien avec soi même et ainsi plus en lien avec les autres en lien au monde 🙂

    Réponse

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *